Rechercher un placement

Écrit par : Yves MAZIN

Une promesse de campagne tenue mérite de s’y attarder. Le prélèvement à la source est voté et rentre en vigueur au 1er janvier 2019. L’administration fiscale a adressé au contribuable un tutoriel en ligne très pédagogique.

Comme vous le savez, pour éviter de payer en 2019 les impôts dus au titre de 2018 et 2019, la loi neutralise l’année 2018... C’est la fameuse année blanche.

Les habitudes des contribuables ne seront cependant pas profondément bouleversées. Ils déclareront en mai 2019 leurs revenus de l'année 2018. L’avis d’imposition sera adressé en septembre 2019 avec les mêmes règles de calcul fiscal. Afin d'éviter une doible imposition sur les revenus 2018 dits « habituels », le mécanisme du « Crédit d'Impôt de Modernisation du Recouvrement » - CIMR sera instauré. Attention, les autres revenus dits « exceptionnels » seront taxés.

Pour les cigales, les premiers jours de l’année pourraient être surprenants… Le vrai changement sera en 2019 sur les revenus ou retraites encaissés chaque mois. Il en manquera un peu car ils auront été allégés de l’impôt. Renforcer sa trésorerie en 2018 sera salutaire…

Une inquiétude est vite apparue pour tous les contribuables qui ont réalisé ces derniers mois ou années des investissements pour réduire la fiscalité de leur revenus fonciers ou de leur impôt sur le revenu.

Vous pouvez continuer à effectuer des dons en 2018. Vous bénéficierez d’un crédit d’impôt en 2019. Si vous faites garder vos enfants ou que vous avez recours au service d’une personne à domicile, là encore la dépense engagée en 2018 se transformera en crédit d’impôt en 2019 pour tous les contribuables. Celui-ci sera payé en deux fois : Vous percevrez un premier acompte au premier trimestre 2019 ; le solde sera réglé en septembre de la même année.

Bonne nouvelle, pour toutes les opérations qui génèrent une réduction d’impôt. Non seulement l’impôt 2018 ne sera pas dû, mais en plus, en septembre 2019, le montant de la réduction normalement applicable, sera restituée au contribuable, comme le serait un crédit d’impôt. Ainsi les investisseurs dans les dispositifs Scellier, Duflot, Pinel, ou Malraux ne seront pas lésés. Ce dernier est particulièrement intéressant pour les investissements réalisés en 2018 grâce au crédit d’impôt remboursable.

Les dépenses visant à réduire la fiscalité des revenus fonciers est plus complexe. En fonction des cas, la déductibilité des travaux réalisés en 2018 pourrait être avantageuse ou pas du tout. Tout dépendra des trois éléments suivants :

  • Le montant effectif des revenus fonciers perçus,
  • Le montant total des travaux réalisés en 2018,
  • L'existence eventuelle de revenus exeptionels en 2018

Il sera donc important d’étudier chaque situation isolément avant toute prise de décision

Flash marché

La brutale correction des marchés donne la part belle aux cassandres. En quelques heures, les marchés actions internationaux ont effacé les gains du mois de janvier, dans un mouvement que nous n’avions pas vu depuis très longtemps. Il est important de prendre de la hauteur pour ne pas céder à la panique. Les marchés actions ont connu une hausse régulière depuis plusieurs mois, sans aucune volatilité. Une correction est donc logique et même salutaire. La vraie nouvelle du jour est le mouvement de « retour vers la réalité » avec une chute de plus de 60 % du Bitcoin par rapport à son point haut.

Comme nous l’évoquions début janvier, le poids de la gestion passive amplifie de façon exagérée ces mouvements. Il faut savoir porter son regard par-dessus cette vague qui semble vouloir nous submerger. Les marchés viennent de trébucher sur l’annonce de bonnes nouvelles (hausse des salaires aux USA, rythme de croissance soutenu, …) car le spectre de l’inflation revient. Ce risque est identifié. N’oublions pas que les banques centrales restent à la manœuvre. Elles ont trop agi depuis 2008 pour nous lâcher au milieu du gué.

Nous maintenons notre scénario économique pour 2018. Beaucoup de gérants avaient anticipé ce risque de correction en protégeant leur portefeuille (part des liquidités renforcée, sensibilité négative sur les obligations, couverture sur les principaux indices, …).

Keep Calm & Carry On ….

L’année des changements et de l’anticipation

2018 s’annonce comme une année chargée en changements. La nouvelle Loi de Finance pour 2018 vient profondément réformer la fiscalité du patrimoine. En parallèle, l’entrée en vigueur de plusieurs directives européennes impose des normes nouvelles au monde de l’épargne. Sur le plan économique, après avoir longtemps vécu dans un climat de crise, le retour de la croissance est mondial. De nouvelles questions naissent sur la pérennité de ce mouvement.

1. Gestion de vos actifs

En 2017, l’économie mondiale est assurément sortie de crise. En 2018, la croissance devrait être maintenue, mais avec des moteurs de croissance plus variés.

Il semble que celle des États-Unis devrait perdurer, mais avec un rythme moins soutenu, et devrait venir contrebalancer le plan fiscal du Président TRUMP. Ce plan sera favorable à un plus grand nombre d’entreprises notamment dans l’industrie et le secteur des biens de consommation.

De même la croissance des pays émergents va continuer, soutenue par le prix des matières premières et le développement d’un marché domestique plus structuré. Par ailleurs, les perspectives en Europe restent bonnes, même si une légère décélération est possible. Là encore, cette croissance reposera sur plus de secteurs qu’en 2017, consolidant son assise.

Enfin, toutes les grandes banques centrales qui rentrent dans une phase de « normalisation monétaire », restent à la manœuvre avec pour objectif le maintien d’un équilibre.

En synthèse, nous ne sommes pas en fin de cycle économique. La reprise se poursuit. L’environnement reste donc favorable aux actifs risqués face à des taux d’intérêts qui resteront bas. Ce climat printanier ne doit pas nous faire oublier les risques potentiels.

Le cycle de croissance qui semble bien ancré, entrainera des tensions inflationnistes normales et inévitables. Le rythme d’évolution de ce couple « croissance / Inflation » pourra générer des mouvements brutaux sur les marchés. De ce fait, l’action des banques centrales sera à nouveau fondamentale. Tout faux pas pourrait être durement sanctionné. Le marché obligataire pourrait connaître des passes difficiles.

Enfin, nous avons bénéficié d’un mouvement profond de hausse des marchés actions avec une volatilité quasi inexistante. Le retour de la volatilité est inévitable. Il ne faut pas en avoir peur, elle est le carburant naturel des marchés actions. En revanche, le poids de la gestion passive (ETF, …) dans l’industrie financière est devenu très important. En phase de stress, les mouvements des marchés seront amplifiés à cause du poids de cette gestion passive. Face à cela, il nous semble qu’il faut :

  • Privilégier les actions versus les taux,
  • Préférer le crédit (dette privée) à la dette d’État,
  • Préférer les actions grandes capitalisations européennes, japonaises et émergentes, tout en étant très vigilant sur leur valorisation.
  • La gestion dite « value » pourrait être d’autant plus pertinente.
  • Privilégier le couple « rendement/risque »,

ll ne faut donc pas avoir peur de l’année 2018. Seul le risque sera rémunérateur. Mais face au retour de la volatilité, il faudra être sélectif et actif dans la gestion. 2018 sera sans conteste une année favorable aux gérants dont la gestion est active. Ce sera le cœur de notre action dans le suivi de vos actifs.

2. Loi de finance 2018

Indéniablement, la Loi de Finance 2018 va changer de nombreux points pour l’ensemble des contribuables. Cette loi prépare l’entrée en application du prélèvement à la source en janvier 2019. Dès à présent, nous nous tenons à votre disposition pour vous expliquer l’impact de cette loi sur votre patrimoine. Certaines mesures imposent une anticipation plus grande des choix fiscaux à opérer.

Adieu, « l’ISF », vive « l’IFI ». Seul le patrimoine immobilier sera taxé à l’Impôt sur la Fortune Immobilière. Attention néanmoins, le passif déductible est moins étendu que précédemment. De même, l’immobilier est entendu de façon plus large que ce soit par le mode de détention (nue-propriété) ou par la nature des actifs comme les SCPI ou OPCI détenus en assurance vie.

La « Flat Tax » qui vient taxer les revenus de votre patrimoine financier peut être une opportunité pour les personnes dont le taux marginal d’imposition était supérieur à 14 %. Attention, néanmoins, l’option pour cette Flat Tax pendant une année fiscale, à première vue plus intéressante, s’appliquera à tous vos revenus d’épargne, mais aussi aux dividendes et plus-values de cession de parts. L’anticipation devient le maitre mot de la fiscalité.

Enfin, nous souhaitons attirer votre attention sur la mise en place du prélèvement à la source en 2019. Outre le mythe de l’année blanche que nous tenons à combattre, le prélèvement à la source aura un impact plus ou moins fort sur votre trésorerie 2018 et 2019. Le trésor public va estimer un impôt de référence en 2019. Cette mesure impacte donc la stratégie de vos revenus sur 2018, vos versements en épargne retraite, ou encore les investissements immobiliers générant un déficit foncier. Nous pouvons vous accompagner dans ce travail d’anticipation. Il sera important d’échanger avec une vision large et exhaustive de vos projets sur l’année 2018 et 2019.

3. Évolution réglementaire

En dernier lieu, nous souhaitons revenir sur les différentes directives européennes qui entrent en vigueur en France (PRIIPS, MIF, DDA, …) en 2018. Elles imposent des obligations réglementaires à l’ensemble des acteurs qui distribuent de l’épargne. Ces directives nées des crises financières passées, visent à mieux informer et protéger les épargnants.

Chaque opération imposera, à tous, un formalisme renforcé qui va générer une charge administrative et financière lourde pour tous les établissements financiers. L’offre produit comme la qualité de service pourrait être fortement altérée.

Depuis plusieurs mois le cabinet Version Patrimoine a engagé des investissements informatiques et humains, pour répondre à ces nouvelles obligations, afin de limiter l’impact de ces mesures sur la qualité de notre service. Face à ces nouvelles obligations, nous serons amenés à vous rencontrer plus régulièrement pour mieux anticiper avec vous les actions à mener. Ainsi, si vous devez investir avant une date importante (échéance fiscale, anniversaire, …), l’anticipation que nous aurons eu ensemble permettra un traitement plus fluide de ces opérations face à ces nouvelles exigences.

2017 - L’année du « stock picking »

Ce premier semestre boursier est confortable. La majorité des bourses mondiales a progressé de 5 à 10 % selon les régions et monnaies locales. Même les marchés obligataires profitent de cette embellie, par le maintien des taux bas. Les craintes géo politiques ont été oubliées, et les chiffres micro ou macro-économiques sont globalement satisfaisant. Ce mouvement peut-il continuer ? Doit-on craindre un brusque retournement de tendance.

1. L’année du grand écart

Sur un plan géo-politique

Cette indifférence des marchés ne doit pas occulter les enjeux et risques potentiels pour cette nouvelle année qui commence.

Aux Etats-Unis comme en Europe, une menace politique perdure. La récente élection de Donald TRUMP ne doit pas faire oublier les outrances de sa campagne, et le risque isolationniste qui coûterait cher à la croissance mondiale. Ses premiers pas, mais surtout les contre-pouvoirs existants, laissent cependant augurer d’une action plus pragmatique.

En Europe, les partis populistes anti-européens restent crédités d’intentions de vote assez élevées. L’inquiétude des investisseurs internationaux s’est traduite par un retrait d’environ 100 milliards de dollars des fonds en actions européennes sur les derniers mois. Malgré la relative bonne performance du CAC 40 en 2016, cette inquiétude reste particulièrement forte concernant la France. Celle-ci se traduit de façon plus visible dans l’écart de taux entre la France et l’Allemagne pour les obligations d’Etat a? 10 ans.

Difficile de surcroît de se fier aux sondages. Il est fort probable que jusqu’aux résultats des élections, une certaine volatilité perdurera sur les marchés.

Face à ces risques, il faut souligner certaines forces de rappel. La Banque Centrale Européenne vient récemment de clarifier sa politique monétaire. Elle restera très accommodante pour les 12 prochains mois. C’est un élément de stabilité très important pour contrer les incertitudes liées à un calendrier politique chargé en Europe.

De même quel que soit notre sensibilité politique, les mesures « annoncées » par le nouveau président américain pourraient intensifier le mouvement de « reflation » amorcé aux Etats-Unis (*hausse de la croissance nominale, des salaires et de l’inflation). Pour répondre aux engagements du nouveau président, la politique monétaire américaine devrait faire la part belle à des mesures d’expansion budgétaire dans l’espoir d’alimenter la croissance et la hausse des marchés dans le monde.

Sur un plan économique

Les bonnes performances des marchés d’actions s’expliquent avant tout par le retour d’une croissance soutenue en Europe depuis le début de l’année, et la dynamique de reflation qui a pris pied au niveau de l’économie mondiale depuis l’été. Ce mouvement est soutenu par une modification des politiques économiques qui privilégient des actions budgétaires et non plus uniquement des actions monétaires.

Le ciel s’est éclairci. Petit à petit, les craintes de récession aux Etats-Unis et en Chine se dissipent. La remontée de l’inflation un peu partout vient balayer la grande peur d’un mouvement de déflation mondiale. Cette tendance devrait se poursuivre en 2017. Pour la France comme pour le monde, le scénario central reste donc plutôt porteur ; mais alors que pour les Etats-Unis les bonnes nouvelles sont déjà largement valorisées par le marché, l’Europe peut réserver des surprises favorables tout au long de l’année.

Au final, cette action à la fois plus libérale mais aussi interventionniste à travers des plans de dépenses doit créer un choc positif sur les marchés qui pensent enfin pouvoir sortir de la « stagnation structurelle » dans laquelle l’économie semblait enfermée.

2. Pour vos avoirs financiers

Les conditions d’une poursuite du mouvement haussier semblent réunies a? court terme, surtout si les bénéfices des entreprises donnent des signes encourageants.

Les actions des pays développés devraient progresser en 2017 ; si les marchés actions japonais et émergents paraissent attractifs, ils pourraient souffrir de toute tension possible dans les échanges commerciaux. L’élection de Donald TRUMP nous oblige à nuancer notre conviction du retour en grâce des émergents exprimée dans notre précédent point semestriel.

Néanmoins, en 2017 les marchés obligataires seront nettement plus discriminants. Seules certaines classes d’actifs et secteurs profiteront de cette embellie. Ainsi le mouvement de reflation qui marque le point bas des rendements des obligations à travers le monde, ne milite pas en faveur de l’investissement sur cette classe d’actif. Si votre profil d’investisseur vous oblige à une certaine prudence, sachez qu’il faut privilégier la dette d’entreprise aux obligations d’Etat (qui composent malheureusement plus de 90 % des fonds euros de l’assurance vie). De même, dans un scénario de remontée des taux, les obligations à duration courte seront mieux protégées que les obligations à long terme.

Malgré une volatilité inévitable en 2017, il faudra privilégier les actions par rapport aux obligations. Outre les éléments techniques cités précédemment, des éléments structurels renforcent cette conviction. Malgré une remontée évidente des taux, nous restons dans un environnement de rendements faibles, et ce, de façon durable. Le vieillissement des populations et la croissance faible de la productivité limitent le potentiel de croissance économique et donc l’augmentation des rendements réels. Aussi, seul la prise de risque sera génératrice de rentabilité.

La sélection de titres va reprendre ses droits et la qualité des gérants « actifs » va l’emporter sur une gestion indicielle passive. Vous pouvez compter sur toute notre attention dans la sélection et le suivi de ces sociétés de gestion.

3. Pour votre patrimoine

2017 est une année importante pour la gestion de votre patrimoine. La loi de finance, qui met en place le « prélèvement à la source » de l’impôt sur le revenu, implique de nombreux changements dans le suivi fiscal de votre dossier. Pour autant, avant le résultat des présidentielles, difficile d’envisager des actions pérennes, tant cette loi pourrait être éphémère. De même, la loi Sapin II votée fin 2016, qui a fait naître beaucoup de craintes pour les détenteurs de contrat d’assurance vie, nécessite quelques explications.

Pour faire face à tous ces enjeux, l’équipe de Version Patrimoine se renforce. Notre équipe de 9 personnes, peut vous accompagner au quotidien sur de nombreux sujets : épargne, assurances, immobiliers, bilan successoral ou retraite … Pour marquer cette évolution permanente, nous avons modifié notre communication à travers un logo plus contemporain. Tout au long de l’année, à travers une «Newsletter» notamment, nous vous informerons sur les nombreux sujets liés à votre patrimoine.