Rechercher un placement

Actualités Patrimoniales

2017 - L’année du « stock picking »

Ce premier semestre boursier est confortable. La majorité des bourses mondiales a progressé de 5 à 10 % selon les régions et monnaies locales. Même les marchés obligataires profitent de cette embellie, par le maintien des taux bas. Les craintes géo politiques ont été oubliées, et les chiffres micro ou macro-économiques sont globalement satisfaisant. Ce mouvement peut-il continuer ? Doit-on craindre un brusque retournement de tendance.

1. L’année du grand écart

Sur un plan géo-politique

Cette indifférence des marchés ne doit pas occulter les enjeux et risques potentiels pour cette nouvelle année qui commence.

Aux Etats-Unis comme en Europe, une menace politique perdure. La récente élection de Donald TRUMP ne doit pas faire oublier les outrances de sa campagne, et le risque isolationniste qui coûterait cher à la croissance mondiale. Ses premiers pas, mais surtout les contre-pouvoirs existants, laissent cependant augurer d’une action plus pragmatique.

En Europe, les partis populistes anti-européens restent crédités d’intentions de vote assez élevées. L’inquiétude des investisseurs internationaux s’est traduite par un retrait d’environ 100 milliards de dollars des fonds en actions européennes sur les derniers mois. Malgré la relative bonne performance du CAC 40 en 2016, cette inquiétude reste particulièrement forte concernant la France. Celle-ci se traduit de façon plus visible dans l’écart de taux entre la France et l’Allemagne pour les obligations d’Etat a? 10 ans.

Difficile de surcroît de se fier aux sondages. Il est fort probable que jusqu’aux résultats des élections, une certaine volatilité perdurera sur les marchés.

Face à ces risques, il faut souligner certaines forces de rappel. La Banque Centrale Européenne vient récemment de clarifier sa politique monétaire. Elle restera très accommodante pour les 12 prochains mois. C’est un élément de stabilité très important pour contrer les incertitudes liées à un calendrier politique chargé en Europe.

De même quel que soit notre sensibilité politique, les mesures « annoncées » par le nouveau président américain pourraient intensifier le mouvement de « reflation » amorcé aux Etats-Unis (*hausse de la croissance nominale, des salaires et de l’inflation). Pour répondre aux engagements du nouveau président, la politique monétaire américaine devrait faire la part belle à des mesures d’expansion budgétaire dans l’espoir d’alimenter la croissance et la hausse des marchés dans le monde.

Sur un plan économique

Les bonnes performances des marchés d’actions s’expliquent avant tout par le retour d’une croissance soutenue en Europe depuis le début de l’année, et la dynamique de reflation qui a pris pied au niveau de l’économie mondiale depuis l’été. Ce mouvement est soutenu par une modification des politiques économiques qui privilégient des actions budgétaires et non plus uniquement des actions monétaires.

Le ciel s’est éclairci. Petit à petit, les craintes de récession aux Etats-Unis et en Chine se dissipent. La remontée de l’inflation un peu partout vient balayer la grande peur d’un mouvement de déflation mondiale. Cette tendance devrait se poursuivre en 2017. Pour la France comme pour le monde, le scénario central reste donc plutôt porteur ; mais alors que pour les Etats-Unis les bonnes nouvelles sont déjà largement valorisées par le marché, l’Europe peut réserver des surprises favorables tout au long de l’année.

Au final, cette action à la fois plus libérale mais aussi interventionniste à travers des plans de dépenses doit créer un choc positif sur les marchés qui pensent enfin pouvoir sortir de la « stagnation structurelle » dans laquelle l’économie semblait enfermée.

2. Pour vos avoirs financiers

Les conditions d’une poursuite du mouvement haussier semblent réunies a? court terme, surtout si les bénéfices des entreprises donnent des signes encourageants.

Les actions des pays développés devraient progresser en 2017 ; si les marchés actions japonais et émergents paraissent attractifs, ils pourraient souffrir de toute tension possible dans les échanges commerciaux. L’élection de Donald TRUMP nous oblige à nuancer notre conviction du retour en grâce des émergents exprimée dans notre précédent point semestriel.

Néanmoins, en 2017 les marchés obligataires seront nettement plus discriminants. Seules certaines classes d’actifs et secteurs profiteront de cette embellie. Ainsi le mouvement de reflation qui marque le point bas des rendements des obligations à travers le monde, ne milite pas en faveur de l’investissement sur cette classe d’actif. Si votre profil d’investisseur vous oblige à une certaine prudence, sachez qu’il faut privilégier la dette d’entreprise aux obligations d’Etat (qui composent malheureusement plus de 90 % des fonds euros de l’assurance vie). De même, dans un scénario de remontée des taux, les obligations à duration courte seront mieux protégées que les obligations à long terme.

Malgré une volatilité inévitable en 2017, il faudra privilégier les actions par rapport aux obligations. Outre les éléments techniques cités précédemment, des éléments structurels renforcent cette conviction. Malgré une remontée évidente des taux, nous restons dans un environnement de rendements faibles, et ce, de façon durable. Le vieillissement des populations et la croissance faible de la productivité limitent le potentiel de croissance économique et donc l’augmentation des rendements réels. Aussi, seul la prise de risque sera génératrice de rentabilité.

La sélection de titres va reprendre ses droits et la qualité des gérants « actifs » va l’emporter sur une gestion indicielle passive. Vous pouvez compter sur toute notre attention dans la sélection et le suivi de ces sociétés de gestion.

3. Pour votre patrimoine

2017 est une année importante pour la gestion de votre patrimoine. La loi de finance, qui met en place le « prélèvement à la source » de l’impôt sur le revenu, implique de nombreux changements dans le suivi fiscal de votre dossier. Pour autant, avant le résultat des présidentielles, difficile d’envisager des actions pérennes, tant cette loi pourrait être éphémère. De même, la loi Sapin II votée fin 2016, qui a fait naître beaucoup de craintes pour les détenteurs de contrat d’assurance vie, nécessite quelques explications.

Pour faire face à tous ces enjeux, l’équipe de Version Patrimoine se renforce. Notre équipe de 9 personnes, peut vous accompagner au quotidien sur de nombreux sujets : épargne, assurances, immobiliers, bilan successoral ou retraite … Pour marquer cette évolution permanente, nous avons modifié notre communication à travers un logo plus contemporain. Tout au long de l’année, à travers une «Newsletter» notamment, nous vous informerons sur les nombreux sujets liés à votre patrimoine.

Imprimer l'article
Share This